A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux

20/11/2020

Je me présente, je suis Marina Failliot-Laloux et je vais vous parler d’un de mes métiers : la Psychopédagogie. Si certains sont déjà intrigués par ce nouveau mot et veulent en savoir plus, j’en entends déjà les autres prendre peur devant ce terme qui leur semble totalement barbare. Sans compter ceux qui, un peu distraits ou emporté dans leur élan, ont lu « trop vite » le mot « Psychologie » au lieu de « PsychoPEDAgogie ».

"PsychoPéda.... Quoi ?!" me direz-vous. Pas de panique, je vais tout vous expliquer sur cette discipline encore méconnue et que j'exerce depuis plusieurs années avec toujours autant de passion !

La Psychopédagogie Positive, dans sa définition la plus courante, est "l'intégration et l'application concrète des enseignements de la Psychologie Positive et la Pédagogie Positive, dans le cadre de l'accompagnement des apprentissages et du développement, à tout âge". Euh... d'accord ... mais ça veut dire quoi ?


Un rapprochement de deux sciences : la Psychologie Positive et la Pédagogie Positive

Si vous n'avez jamais entendu parler de la Psychopédagogie Positive, peut-être connaissez-vous ses deux composantes : la Psychologie Positive, d'un côté, et la Pédagogie Positive, de l'autre.Commençons donc par expliquer plus clairement ce que chacune d'elle représente.

Il faut bien différencier la Psychologie Positive de la "pensée positive". La Psychologie Positive ne consiste pas à "positiver", mais est une vraie science qui a pour principe simple : comprendre ce qui fonctionne quand "ça va bien", plutôt que soigner "ce qui va mal". On pourrait dire, pour faire court, que la Psychologie Positive est la "science du bonheur" plutôt qu'une science qui rendrait le bonheur accessible.

La Pédagogie Positive, quant à elle, est une pédagogie qui privilégie une approche globale qui prend en compte à la fois l'aspect cognitif, affectif et somatique de l'apprenant : on parle d'une approche "Tête, Cœur, Corps".

La Psychologie Positive, comme la Pédagogie Positive, connaissent d'ailleurs un bel essor ces dernières années, avec le développement des neurosciences, sur lesquelles elles s'appuient toutes les deux.


D'accord ... Mais c'est quoi alors la "Psycho-Pédagogie" Positive ?

La Psychopédagogie Positive permet de définir les difficultés d'apprentissage de l'enfant et d'y remédier en s'appuyant sur ses réussites. Elle permet d'identifier et de prendre en compte les processus et stratégies d'apprentissage propre à l'enfant, en tenant compte de son environnement cognitif, émotionnel et somatique.

Les accompagnements en Psychopédagogie Positive visent donc à l'autonomisation de l'enfant dans son rôle d'élève, mais également au-delà, dans la sphère familiale et plus tard dans la sphère familiale, et plus tard dans la sphère professionnelle. La Psychopédagogie Positive agit ainsi sur la motivation, l'autonomie, la confiance et l'estime de soi pour optimiser les apprentissages de l'enfant ou de l'adolescent.

Il s'agit d'accompagnements individuels de l'apprentissage, mais "l'apprentissage" au sens large. Ils ne s'attachent pas à une matière en particulier, même si les matières peuvent être un support pour travailler la réflexion, la compréhension, la mémorisation et également la confiance en soi, l'autonomie... Bref, ce sont des accompagnements vers le plaisir d'apprendre.

Par ailleurs la Psychopédagogie Positive ne se cantonne pas à l'accompagnement d'enfants ou d'adolescents. elle se pratique également avec des adultes, en évolution ou en reconversion professionnelle, par exemple.


Quelle différence avec le soutien scolaire ?

A la différence du soutien scolaire qui est un accompagnement centré sur une matière précise, la Psychopédagogie Positive vise à "apprendre à apprendre" en agissant sur les autres ingrédients nécessaires à la réussite comme la motivation, la gestion des émotions, la confiance en soi, l'estime de soi, la mise en projet... Tout cela pour retrouver le goût d'apprendre.

Il ne s'agit donc pas de l'accompagnement d'un élève dans une problématique scolaire, mais celui d'un enfant, d'un adolescent, ou même d'un adulte sur le chemin plus large de la réussite.


Et comment se passe un accompagnement ?

Il n'y a pas de "consultation type" en psychopédagogie car chaque accompagnement est adapté à l'enfant ou l'adolescent qui vient consulter. Un plan d'accompagnement est mis en place en fonction de l'histoire de l'enfant et de l'objectif à atteindre. Mais nous pouvons prendre trois exemples de demandes d'accompagnement pour mieux comprendre :

1. Pour une demande portant sur des difficultés d'attention et de concentration, il est important de commencer par expliquer à l'enfant ces différents processus, afin qu'il comprenne quand et comment il doit les utiliser pour gagner en efficacité. Puis, en amenant l'enfant à déterminer les moments où il a su faire preuve de concentration et/ou d'attention, il prend conscience finalement qu'il est en "capable".

Lenny, 12 ans, avec un TDA (Trouble Dysfonctionnel de l'Attention) témoigne : "j'ai toujours cru que je ne pouvais rien faire contre mon trouble de l'attention. Mais maintenant je sais qu'il existe des stratégies qui m'aident quand j'en ai besoin. Par exemple, j'ai appris à décomposer une tâche pour ne plus être en double tâche. Ça m'aide beaucoup à l'école et à la maison !".

2. Si la gestion des émotions revient fréquemment dans mes accompagnements, leur rôle essentiel aux apprentissages est encore sous-estimé. pourtant, un enfant débordant d'émotions, qu'elles soient désagréables (tristesse, colère, anxiété, ...), ou agréables (excitation, euphorie, enthousiasme, ...), ne sera pas en capacité d'apprendre efficacement. Pour apprendre à gérer ses émotions, l'enfant doit commence par apprendre à les nommer. C'est incroyable de voir comment un enfant qui est capable de nommer ses émotions a plus de facilités à se mettre au travail et plus sereinement. Et un enfant apaisé est un enfant qui apprend mieux !

Anne, 8 ans, explique à sa maman ce qu'elle a mis en place à la suite de quelques séances : "C'est dur à l'école. il y a du bruit, des disputes, et la maitresse crie parfois. J'ai envie de sortir de la classe en courant. maintenant, quand je suis angoissée, triste ou en colère, comme ça, je me concentre sur ma respiration et je fais une bulle de silence autour de moi. je me sens mieux après".

3. Les difficultés touchant les efforts de travail et le manque d'efficacité, nécessitent un travail sur les gestes mentaux que sont l'attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion et l'imagination créatrice. La méthodologie et l'organisation du travail est souvent à revoir, mais toujours en partenariat avec l'enfant afin qu'il se les approprie pleinement.

Mattis, 10 ans, raconte : "Je suis visuel, du coup, la mise en place d'un kanban est très pratique pour moi. je peux voir rapidement où j'en suis dans mon travail de la semaine. Je vois le travail que j'ai fait ... ça motive !".

Je terminerais par souligner la place capitale du jeu dans les accompagnements. pourquoi continuer à opposer "jeu" et "apprentissages" quand il est établi que le jeu est la principale source de développement des enfants, que ce soit sur le plan affectif, social, physique et intellectuel.

Grâce à la Psychopédagogie Positive l'enfant prend conscience qu'apprendre peut aussi être "fun", et procurer du plaisir et surtout de la fierté !


Une Psychopédagogue mais pas que ...

Rien en me prédestinait à la pratique de la Psychopédagogie. cancre notoire, je n'ai jamais vraiment apprécie l'école. et c'est seulement après plusieurs vies professionnelles dans l'industrie nucléaire, pharmaceutique, cinématographique et l’Éducation Nationale, que je me suis orientée vers la psychopédagogie, afin de répondre à mon envie d'accompagner les enfants rencontrant des difficultés dans les apprentissages.

Devant le constat que beaucoup de parents se sentaient déboussolés devant le fonctionnement de leur enfant qu'ils ne comprenaient pas, je me suis alors formée à la Discipline Positive afin de les accompagner et surtout pour leur donner les outils pour avancer aux côtés de leur enfant.

Aujourd'hui, la Graphothérapie vient également compléter ma formation de psychopédagogue, avec pour objectif commun l'épanouissement des enfants.

Je suis également l'auteur de deux livres publiés chez Larousse, dans la collection "Les clés de l'éducation positive" :

  • Dans le domaine de la parentalité : "Mon enfant a du caractère. Le comprendre et savoir l'apaiser".
  • Dans le domaine de la Psychopédagogie Positive : "J'aide mon enfant différent à s'épanouir, Hyperactif, Haut potentiel, Dys, Syndrome d'Asperger".


Pour mieux me connaître et découvrir mes accompagnements plus en détails : https://lespetitspasdenthalpie.com

Marina Failliot-Laloux, Psychopédagogue en Pédagogie Positive et Graphothérapeute, Ile-de-France.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes « ZEN »

09/09/2020

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes « ZEN »

Votre enfant fait sa première rentrée scolaire ? Il rentre en CP ? Vous stressez ???? Retrouvez les conseils de Armelle Larguier, actuellement enseignante en CE2, … qui fait sa 30ème rentrée !

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes  « ZEN »
Lire l’article

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »

14/10/2020

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »

Je n’ai pas noté la station où cette femme africaine est montée mais ce dont je me souviens ce sont les couleurs vives de ses tresses, oranges et blanches, qui tranchaient avec la couleur sombre et brillante de sa peau. Elle me tournait le dos, cramponnée aux banquettes face à moi.

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »
Lire l’article

Laisser un commentaire

Vous êtes un parent ? Une famille ? Une femme enceinte ?