Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes « ZEN »

09/09/2020

Votre enfant fait sa première rentrée scolaire ? Il rentre en CP ? Vous stressez ???? Retrouvez les conseils de Armelle Larguier, actuellement enseignante en CE2, … qui fait sa 30ème rentrée !


Essayez de ne pas transmettre votre stress à votre enfant … et parlez-lui !


Plus vous vous inquiétez, plus votre enfant va le sentir et va s’inquiéter à son tour. « Pourquoi  maman/ papa me dépose à un endroit qui lui fait peur ? » « Que va-t-il se passer ? ». Autant vous dire que dans ces conditions, ce petit bout de chou va mettre du temps à accepter d’aller dans cet endroit si anxiogène pour son parent…et qu’il risque de pleurer un moment !

Si vous êtes inquiets de la séparation, du nouveau lieu, dites le à votre enfant ; si ce sont les horaires, l’organisation, dites le également (bien sûr avec des mots qu’il peut comprendre !).

Si le fait de le mettre à l’école évoque pour vous la perte de votre « bébé » (il passe à l’enfance) alors dites vous que là, c’est un passage, comme la propreté, comme la marche et qu’il va connaitre bien d’autres nouveautés dans sa vie.

Si cela vous rend triste, faites vous aider par un proche : mieux vaut que ce soit papa, tonton, une amie qui accompagne votre enfant à l’école qu’une maman en pleurs ! Surtout les premiers jours ! Car si maman pleure c’est que ça doit être « terrible » (Bien sûr un enfant de 3 ans ne le formule pas aussi clairement mais c’est ce qu’il reste dans son inconscient).


 

Faites confiance aux enseignants


Les enseignants sont des gens de métier (ils font 5 ans d’étude) et qui ont pour la plupart la vocation… ils aiment les enfants, ont de la patience et aiment transmettre leurs savoirs. Faire grandir, ELEVER les enfants sont une des  plus belles motivations.

 

Donnez les règles dès le départ


Il arrive que des enfants ne pleurent pas le premier jour mais se mettent à pleurer ensuite….Quand vous allez chez le médecin, vous y allez une fois mais vous n’y retournez pas tous les jours. Quelques enfants imaginent qu’une fois qu’ils sont allés à l’école un jour, c’est bon, ils ont vu, pas besoin d’y retourner…

Pensez à leur expliquer avant la rentrée qu’ils vont aller à l’école tous les jours !


 

N’ayez pas peur du CP


Pour nous, enseignants, le CP est une classe « facile » : la journée est rythmée par la lecture, le déchiffrage, par les mathématiques puis par la découverte du monde. Et toute l’année, les journées sont ritualisées (on fait la même activité à la même heure).

La combinatoire (le fait de combiner 2 ou 3 lettres pour en faire une syllabe) est comprise par tous, en général avant Noël. Quelques uns mettront un peu plus de temps…mais pour les parents, l’image du CP est très anxiogène. Va-t-il apprendre à lire ? Et s’il n’y arrive pas qu’allons nous faire ? (sous entendu pour certains : et s’il n’était pas « normal »). Une fois de plus, la peur des parents peut bloquer les enfants. Faites confiance à votre enfant, à son enseignant. Et restez ZEN ! Laissez vous guider par l’enseignant, en général ils vous expliquent à la réunion de début d’année comment faire.


 

Et les devoirs ?


Quelque soit le niveau de classe de votre enfant, si vous souhaitez réellement l’aider, faites lui faire consciencieusement ses devoirs. Vous travaillez et rentrez tard ? Ce n’est pas le problème, il va faire ses devoirs avec une tierce personne…mais dans la soirée, pensez à l’interroger sur la leçon qu’il avait à apprendre, sur ce qu’il en a retenu, ce qu’il n’a pas compris. En 10 minutes, vous lui aurez montré que cela vous intéresse, et en lui posant 3 questions vous permettez à sa mémoire de fixer les notions importantes.


Communiquez de façon positive


Si vous avez la chance de pouvoir reprendre votre enfant dès sa sortie d’école, oubliez la formule « ça a été aujourd’hui ? » ou pire « qui t’a embêté aujourd’hui ? » « La maîtresse a été sympa ? ». Par nos questions, nous influençons les réponses de nos enfants. Essayez ! Demandez plutôt : « qu’as tu appris de nouveau aujourd’hui ? » ou « qu’est ce que tu as aimé ? » ou « As-tu découvert quelque chose ? » : en tournant vos questions pour induire une réponse positive, la réponse sera positive mais bien plus : votre enfant va apprendre à voir le positif des situations de la vie. Et là, c’est un grand service que vous lui rendez ! Si tous les soirs, l’enfant raconte du négatif, il aura l’impression de ne vivre que du négatif…à l’inverse, la vie est plus agréable si on sait voir le positif.

Peut être avez-vous peur de rater ainsi le harcèlement, l’échec, …mais rien ne dit qu’en demandant à votre enfant tous les soirs « Est-ce que les copains ont été gentils ? » cela permet aux parents de mieux déceler du harcèlement…Il se joue là d’autres mécanismes bien plus complexes.


 

Pour une rentrée et une année réussies, voici donc en résumé quelques conseils…

-       

Essayez de ne pas stresser et si vous êtes trop inquiets, formulez ce qui vous inquiète afin que votre enfant n’interprète pas de façon détournée votre inquiétude

  • Le soir, prenez un peu de temps pour voir ce qui a été beau dans la journée de votre enfant, les bons moments de sa vie.
  • Ne négligez pas les leçons…comment progresser sans apprendre ?
  • Mettez en route des rituels simples qui permettent aux enfants de rythmer leur soirée
  • Supprimer au maximum les écrans après le repas et le matin avant l’école (nous sommes complètement démunis devant des enfants que nous ne touchons plus car ils sont perdus dans leurs jeux vidéo ou dans certains dessins animés violents)
  • Les enfants ont besoin de beaucoup de sommeil…pensez à les coucher tôt (y compris les vendredi et samedi soirs…). Il leur est impossible d’apprendre quand ils sont fatigués.

Bonne rentrée à toutes et tous !

Armelle Larguier, qui fait sa 30eme rentrée ! Actuellement enseignante de CE2.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »

14/10/2020

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »

Je n’ai pas noté la station où cette femme africaine est montée mais ce dont je me souviens ce sont les couleurs vives de ses tresses, oranges et blanches, qui tranchaient avec la couleur sombre et brillante de sa peau. Elle me tournait le dos, cramponnée aux banquettes face à moi.

« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »
Lire l’article

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux

20/11/2020

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux

Je me présente, je suis Marina Failliot-Laloux et je vais vous parler d’un de mes métiers : la Psychopédagogie. Si certains sont déjà intrigués par ce nouveau mot et veulent en savoir plus, j’en entends déjà les autres prendre peur devant ce terme qui leur semble totalement barbare. Sans compter ceux qui, un peu distraits ou emporté dans leur élan, ont lu « trop vite » le mot « Psychologie » au lieu de « PsychoPEDAgogie ».

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux
Lire l’article

Laisser un commentaire

Vous êtes un parent ? Une famille ? Une femme enceinte ?