Pourquoi devenir EJE indépendante et choisir d'accompagner les parents au quotidien ?

Héline Guillem Kouzminski est éducatrice de jeunes enfants, elle exerce aujourd'hui son métier en libéral en proposant du soutien à la parentalité.

Par Heline Guillem Kouzminski, éducatrice de jeunes enfants et accompagnante parentale.

 

Bonjour Heline, présentez vous, quel est votre parcours ?

Bonjour, Je suis diplômée éducatrice de jeunes enfants depuis 2017. J'ai d'abord été éducatrice de jeunes enfants en structure, j'ai travaillé dans des crèches municipales, dans une micro-crèche en tant que référente technique. J'ai toujours voulu travailler avec les enfants mais c'est vrai que j'ai eu du mal à trouver le métier qui me correspondait le plus. J'ai d'abord voulu devenir psychologue du développement, mais après deux années d'études en fac de psychologie, je me suis plutôt orientée vers le métier d'éducatrice de jeunes enfants qui me correspondait davantage.


Pourquoi avoir décidé de faire du soutien à la parentalité ?

Je me suis toujours intéressée à la parentalité, d'ailleurs mon mémoire de fin d'études traitait de la coéducation, soit la manière d'inclure le parent dans l'accueil de l'enfant. Car il ne faut pas oublier que le parent reste le premier éducateur de l'enfant.

Lorsque je travaillais en établissement d'accueil du jeune enfant je manquais de temps pour prendre du temps avec les parents, et c'était une partie de mon métier que je trouvais très frustrante. Toujours devoir faire vite, détecter des fragilités et ne pas avoir le temps d'en discuter... J'ai été confronté à des parents en réelles souffrances, complètement démunie par leur parentalité et j'ai vraiment pris conscience de la détresse de certains parents, j'avais envie de les aider.

C'est donc pour cela que j'ai quitté mon emploi de directrice adjointe afin de faire du soutien à la parentalité.


Sur quelles thématiques faire appel à vous ?

Je me suis spécialisée dans la prise en charge du burn-out parental. J'ai suivi une formation de thérapeute en burn-out parental, à la Parental burn-out training Institute, une école belge, précurseur sur la notion du burn-out parental.

Et puis au fil du temps, je me suis vite rendu compte que les difficultés de sommeil des enfants étaient intimement liées au burn-out parental. Un enfant qui ne dort pas correctement, c'est un parent fatigué, qui a d’autant plus de risques de s'épuiser dans sa fonction parentale. C'est donc tout naturellement que j'ai décidé de suivre une formation sur le sommeil de l'enfant. J'avais à cœur de suivre une formation bienveillante, qui prenait en compte les besoins des enfants, je ne voulais surtout pas apprendre à faire du dressage au sommeil. J'ai donc suivi la formation de Audrey Ndjave, fondatrice de la clinique périnatale Happy mum and baby au Canada.

J'accompagne donc principalement les parents sur ces deux problématiques.


Concrètement qu'est ce que le burn-out parental ?

Le Burn out parental c'est un intense épuisement qui est dû à sa fonction de parent.

Lorsque l'on devient parent, que l'on se sent très investie dans sa parentalité, lorsque l'on a envie d’être le meilleur parent pour son enfant, il y a une tendance à se désinvestir de toutes les identités qui faisaient de nous l'individu qui nous caractérisait. Je m'explique, un individu se caractérise par différentes identités : celui que nous sommes au travail, celui que nous sommes dans nos loisirs, avec nos amis, avec notre famille, etc...

Parfois, le fait de devenir parent, implique une négation de toutes ces identités pour ne devenir qu’un parent. Au long terme, cette négation de soi, provoque un trop-plein, un burn-out, le parent se sent consumé de l'intérieur. Il y a 4 symptômes qui caractérisent le burn-out parental :

  • Un épuisement physique et psychique sévère : les parents en burn-out parental révèlent qu'ils éprouvent une intense fatigue, si grande, que le fait de dormir plusieurs jours d'affilée ne suffirait pas à apaiser cette fatigue.
  • Une perte de plaisir, le parent n'éprouve plus de plaisir à être en compagnie de ses enfants.
  • Une distanciation émotionnelle, le parent ne s'investit plus auprès de ses enfants, et donne l'impression d’être réglé sur « pilote automatique », il va seulement faire le strict minimum, donner à manger à ses enfants, les amener à l'école, etc...
  • Enfin dernier symptôme, la notion de contraste, l'écart entre le parent d’aujourd’hui et le parent qu’il était. Le parent ne se reconnaît plus. Le parent est désemparé par ce fossé, lui qui bien souvent est en quête de perfection, très exigeant envers lui-même. Le parent devient le parent qu'il ne voulait surtout pas être. Et ça c'est très déstabilisant pour le parent, très culpabilisant.


En ce qui concerne le sommeil des enfants, à partir de quel moment faut-il consulter un spécialiste ?

J'ai envie de dire que cela dépend du parent. Lorsque le parent juge que la situation n'est plus gérable, plus vivable, alors il faut consulter.

Souvent le parent consulte car il est épuisé par une situation. Imaginons un parent qui depuis toujours a aidé son enfant à s'endormir en restant à coté de lui le soir. Au bout d'un certain temps, le parent va être épuisé par cette situation et va juger que ce n'est plus vivable pour lui.

Je ne dirai jamais à un parent qu'il a donné de mauvaises habitudes de sommeil à son enfant. D'ailleurs, est ce que les mauvaises habitudes existent ? Les parents font toujours de leur mieux, répondent aux besoins de leur enfant avec les ressources dont ils disposent.

La méthode est bienveillante, j'observe si le rythme qui est donné à l'enfant respecte son rythme physiologique et si l'enfant dispose de toute la sécurité affective dont il a besoin. En général, quelques ajustements suffisent pour que le moment du coucher ne soit plus un calvaire.


Quel type d'accompagnement proposez vous ?

Je propose des accompagnements en visio, ainsi la consultation est possible dans le monde entier à la seule condition de parler français:-) et des accompagnements en présentiel dans les environs de Perpignan.

Pour les accompagnements sur le Burn out parental, je propose un programme de 8 semaines ( 8 séances) qui se caractérise chacune par une des spécificités du burn out parental. Le perfectionnisme parental, les relations parents /enfants, les attentes de la société, la coparentalité, les pratiques parentales... Le but étant d'identifier les mécanismes de SON Burn-out, car chaque burn-out est différent, et de trouver les ressources pour y faire face.

Pour les personnes qui résident près de Perpignan, j'anime également des groupes de parole.

En ce qui concerne les accompagnements au sommeil, je propose une consultation unique qui permet de répondre à certaines interrogations. Et je propose également un suivi d'un mois pour les parents désireux d’être guidé plus longtemps. L'avantage de cet accompagnement c'est le rendez-vous de suivi hebdomadaire et la remise d'un plan de recommandations personnalisé.

Pour chaque accompagnement, le parent devra remplir en amont un questionnaire et un tableau de bord qui me permettra de connaître les habitudes de l'enfant et de sa famille.


Êtes vous épanouie dans cette nouvelle activité ?

Totalement, j'ai vraiment l'impression d’être utile pour les parents. C'est vrai que le fait de devenir parent est un réel bouleversement dans la vie de tout à chacun, et les attentes que l'on a de la parentalité son parfois aux antipodes de la réalité. Aujourd'hui les pressions qui pèsent sur les parents sont nombreuses, et le parent d’aujourd’hui, n'est pas celui d'hier. La quête de perfectionnisme joue un rôle important sur la santé psychique des parents.

Je dirai que mon rôle c'est aussi de faire déculpabiliser les parents sur le fait de ne pas être un parent parfait. 

Pour en savoir plus sur Heline, cliquez-ici.



Par Heline Guillem Kouzminski, éducatrice de jeunes enfants et accompagnante parentale.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

"Prendre soin de son bébé : transmissions, astuces et confidences d’une puéricultrice "

09/09/2020

"Prendre soin de son bébé : transmissions, astuces et confidences d’une puéricultrice "

Mariama Bouibed, aujourd'hui Infirmière-Puéricultrice et formatrice, nous présente son premier livre ("Prendre soin de son bébé : transmissions, astuces et confidences d’une puéricultrice"), à destination des futurs parents, des parents d'enfants de moins de trois ans et de toute personne en contact avec des nourrissons.

"Prendre soin de son bébé : transmissions,  astuces et confidences d’une puéricultrice "
Lire l’article

Portrait de Nicolas Ollivier, ostéopathe

09/09/2020

Portrait de Nicolas Ollivier, ostéopathe

L'équipe atouKIDS a rencontré Nicolas Ollivier, ostéopathe en exercice depuis trois ans et enseignant à l’ESO, Ecole Supérieure d’Ostéopathie de Paris.

Portrait de Nicolas Ollivier, ostéopathe
Lire l’article

Laisser un commentaire

Vous êtes un parent ? Une famille ? Une femme enceinte ?