Rentrée : entre nouveauté et routine, comment accompagner nos enfants ?

Avez-vous remarqué comme vos enfants savent retrouver leurs petites habitudes lorsqu’ils arrivent dans un lieu connu ? Au parc, à la maison après les vacances, chez les grands-parents … Pourquoi ?

Parfois vécue comme pesante, un peu rigide voire limitante par les parents, la régularité imposée par le rythme naturel de l’enfant dans ses premières années devient rapidement une volonté de sa part : il a besoin de routine pour se sentir sécurisé et ce, dans les divers milieux de son quotidien : foyer, crèche, école, maison. Reproduire les mêmes activités, retrouver les objets à leur place habituelle, les mêmes jeux est essentiel à son équilibre psychique.

Article proposé par Cécile Gauthier, psychologue praticienne et naturopathe, Saint-Maur-des-Fossés (94)


Bénéfices de la routine chez le bébé, l’enfant et le pré-adolescent

Pour l’enfant, les journées sont ponctuées de nouveautés et de situations inconnues. Entretenir un socle solide nourri d’habitudes maintient le calme, rassure et ainsi évite de déclencher de peurs face à la nouveauté. Savoir ce qu’il a à faire à chaque moment de la journée tranquillise l’enfant.

Se construire dans la stabilité lui donne l’opportunité de découvrir le monde dans une atmosphère de constance et de paix intérieure. Les habitudes seront pour lui une force dans quelques années. Assimiler un schéma intérieur en répétant des rituels permet à l’enfant d’appréhender divers univers en toute confiance, en lui et l’extérieur.

Ce comportement prévisible lui apprend aussi à s’organiser et à devenir plus responsable. Un enfant ayant grandi selon un schéma routinier bien accepté par sa famille sera rapidement un élève capable d’anticiper son travail, de le rendre à temps et donc, moins stressé, plus à l’aise en milieu scolaire, par exemple.

La routine permet aussi le maintien d’une ambiance familiale agréable dans la mesure où l’on sait quand et comment réaliser les actions du quotidien et quand on peut se laisser aller à la douce improvisation d’un jeu, une discussion, une sortie.


Habitudes, routine, la même chose ?

La routine est une habitude imposée, individuelle ou partagée, établie et inflexible : se laver les dents, retirer ses chaussures en entrant, saluer la maîtresse en arrivant en classe. Elle nait de l’exigence des adultes.

Les habitudes constituent un mécanisme stable basé sur un panel de comportements acquis par l’enfant seul pour se sentir bien : fermer son manteau de telle manière, dire au revoir au chat avant de partir, faire coucou par la fenêtre à maman en entrant dans l’école … Elles sont acquises au gré des événements des journées répétées.

Les deux créent des mécanismes chez l’enfant, lui conférant constance, régularité et détente.


Mon enfant est-il trop anxieux ?

Lorsque les parents entretiennent d’eux-mêmes les habitudes de l’enfant, celles-ci se durcissent et y déroger devient anxiogène. Lily a oublié de prendre SON dentifrice pour sa soirée pyjama chez Suzie : catastrophe, Papa est obligé de le lui apporter à 22 heures. Victor n’a pas trouvé le même tube de compote que d’habitude dans son sac de sport : panique, la marque est nouvelle et l’anxiété s’installe.

Ces réactions anxieuses sont adaptatives, elles permettent à l’enfant de s’approprier une nouvelle situation. Bien sûr, l’idéal est d’anticiper en prévenant l’enfant mais cela n’est pas toujours possible et encore faut-il le faire sans engager notre anxiété de parent (Comment va-t-il le prendre ? Va-t-elle accepter ce changement ?).

La plupart du temps, l’enfant est juste un peu déstabilisé. La consultation s’impose lorsque qu’il est vraiment perturbé (angoisse manifeste, signes de mal-être, expression de colère, gestes nerveux).


Les aider à établir une routine et les guider vers leur propre liberté

Certains domaines nécessitent une routine pour des raisons de santé, de bien-être et d’organisation dans le système familial. Les repas, l’hygiène, le sommeil bref, les besoins primaires justifient les habitudes. Nous les retrouvons même chez les animaux. Elles sont indispensables à l’équilibre physiologique et psychique de l’enfant et de sa famille.

Les habitudes construites par l’enfant se doivent d’être respectées et parfois mesurées lorsqu’elles s’avèrent trop rigides (non, ne porter que des vêtements bleus le mardi ne relève pas d’une habitude banale).

A nous de leur indiquer aussi la voie de la spontanéité et de la liberté. Comment ? En n’anticipant pas les problèmes et en acceptant les ruptures de routine. Oui, cela est parfois pratique d’avoir une soirée lissée « bain – dîner – jeu – histoire – dodo » pour ensuite se poser soi-même tranquillement. Mais le bien-être de l’enfant dépend aussi de notre adaptabilité. Il a du mal à dormir ? On lit une autre histoire ou on fait un massage du ventre. Il a faim 1 heure après le dîner ? OK, mais un fruit ou carrément la fête : on ouvre un paquet de gâteau ce soir !

Car savoir accompagner ET briser la routine de temps à autre est une habile responsabilité, celle de dédramatiser l’imprévu, de l’intégrer comme faisant partie du quotidien voire d’en faire une fête.


Et pour conclure ...

Les enfants apprécient les habitudes et les entretiennent car ils en ressentent les bénéfices : meilleure compréhension des consignes et contraintes scolaires (plus nombreuses en temps de Covid), adaptation aux autres, acceptation des obligations collectives et confiance en soi. Mais ils savent aussi s’adapter à l’imprévu et la nouveauté à condition de pouvoir en parler ou d’en être informés avec bienveillance. Dès qu’ils intègrent la collectivité et jusqu’au début de l’adolescence, ils se montrent demandeurs. Ensuite ? C’est une autre histoire et celle-ci fera l’objet d’un autre article !

En cette période de rentrée, respectons leurs petites habitudes et accompagnons leur capacité d’adaptation en rendant la routine la plus amusante possible.


Cécile Gautier, psychologue praticienne et naturopathe, Saint-Maur-des-Fossés (94)


Laisser un commentaire

sante

06400

Article très intéressant même pour la grand mère que je suis devenue…

Vous êtes un parent ? Une famille ? Une femme enceinte ?